Refus de naturalisation choc: son amour pour les travaux et la tonte perturbe la paix

Imaginez déménager dans une nouvelle communauté avec l'espoir de devenir un jour un de ses citoyens, seulement pour découvrir que les activités de votre quotidien, comme tondre la pelouse ou entreprendre des travaux, puissent compromettre vos chances.

Un rêve brisé par la tondeuse? #

C’est la réalité surprenante à laquelle a été confronté un homme de 50 ans, résident d’Épauvillers en Suisse depuis une décennie.

Ce résident français, désireux de participer pleinement à la vie démocratique de sa commune adoptive, a vu son aspiration de naturalisation s’évaporer lors d’un vote communautaire. Les raisons? Des plaintes concernant son entêtement à effectuer des travaux domestiques et à entretenir son jardin pendant les jours fériés.

Une intégration jugée insuffisante #

La décision a été prise par l’assemblée communale après une évaluation de son intégration dans la vie locale. Malgré un préavis positif de la part du Conseil communal et des services de l’État, ce sont finalement les voix des habitants de la commune qui ont scellé son sort. La maison familiale en travaux depuis dix ans et les nuisances créées par le vol des débris lors des tempêtes ont été des points de friction majeurs.

À lire Voici les invités sensationnels du 21 avril 2024 chez Laurent Delahousse qui vous éblouiront

La division était palpable au sein de la communauté: certains habitants reprochant au candidat d’être un voisin peu présent et source de désagrément. Le calme du quartier, perturbé par le ronron de la tondeuse et le bruit des travaux les jours où la tranquillité est de mise, a suscité assez de mécontentement pour orienter la décision vers un refus.

Une commune divisée mais accueillante #

Le maire de Clos du Doubs, Jean-Paul Lachat, exprime sa surprise et son désaccord face à cette décision. Jamais auparavant confronté à une telle situation, il souligne l’absence de plaintes officielles avant ce vote. La volonté de rendre la commune attrayante pour de nouveaux résidents demeure une priorité, témoignant d’une ouverture générale malgré ce revers.

Cette histoire inattendue suggère qu’un déménagement et une nouvelle tentative dans une autre commune pourraient être envisagés. Le parcours du combattant pour obtenir le passeport rouge suisse de cet homme n’est peut-être pas terminé.

Voici une liste des éléments qui ont influencé la décision:

  • Troubles de la tranquillité les jours fériés avec la tondeuse à gazon.
  • Travaux prolongés créant des nuisances visuelles et physiques pour les voisins.
  • Un sentiment d’absence et de désengagement de la vie communautaire.
  • Des tentatives d’intégration jugées insuffisantes par une portion de la communauté.

FAQ:

  • Quelles étaient les principales plaintes contre cet homme?
    Les plaintes tournaient principalement autour de l’utilisation de sa tondeuse et de travaux bruyants lors des jours fériés, ainsi que de débris éparpillés par le vent.
  • Comment la communauté a-t-elle réagi à sa demande de naturalisation?
    L’assemblée communale était divisée, avec une majorité choisissant finalement de refuser sa demande de naturalisation.
  • Le candidat avait-il un soutien officiel?
    Oui, il avait reçu un préavis positif du Conseil communal et des services de l’État.
  • Le maire a-t-il été d’accord avec la décision?
    Non, le maire de Clos du Doubs a exprimé sa surprise et son désaccord face à la décision.
  • Le candidat a-t-il d’autres options pour obtenir la naturalisation suisse?
    Oui, il pourrait envisager de déménager dans une autre commune et de tenter à nouveau sa chance.

Congo Politis est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :