À la croisée des chemins : l’alouette deviendra-t-elle le symbole d’un mode de vie en péril ?

En plein cœur du Lot-et-Garonne, un cri d'alarme retentit, brisant la quiétude habituelle de la région.

Un combat traditionnel dans le viseur #

Laurent Vicini, à la tête de la Fédération départementale des chasseurs du Lot-et-Garonne, annonce une possible défaite dans la conservation de la chasse traditionnelle à l’alouette. Devant une assemblée de plus de 700 adhérents, son discours transmet une inquiétude palpable.

La confrontation s’est intensifiée à Paris, précisément au conseil d’État, où Vicini s’est opposé à « One Voice » et la Ligue de protection des oiseaux (LPO), fervents défenseurs de la cause animale. Leur argument ? La directive oiseaux de 1979, qui prône l’utilisation du fusil comme unique moyen de chasse, si aucune autre solution satisfaisante n’est trouvée. Un mode qui, contrairement à la chasse traditionnelle, ne pose pas de limites à la mortalité.

Des enjeux dépassant le cadre cynégétique #

Au-delà de la sauvegarde d’une pratique, c’est tout un pan culturel et traditionnel qui se voit menacé. Dans l’allocution de bienvenue, Jean Dionis, le maire d’Agen, souligne avec conviction l’exception lot-et-garonnaise, encourageant un véritable élan de solidarité envers les agriculteurs et chasseurs de la région.

À lire Voici les invités sensationnels du 21 avril 2024 chez Laurent Delahousse qui vous éblouiront

Le combat pour la préservation de la chasse à l’alouette bénéficie de divers soutiens officiels, notamment celui de la députée Hélène Laporte et de la sénatrice Christine Bonfanti-Dossat, rendant ce débat plus qu’un affrontement local, un enjeu national voire européen. La demande d’une réécriture des arrêtés auprès de l’Union Européenne est en cours, marquant la détermination des chasseurs à défendre leurs traditions.

Un appel à la révolte culturelle #

La mobilisation prend une tournure pleine d’émotions lorsque Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d’agriculture, établit un parallèle entre les luttes des chasseurs et celles des agriculteurs, appelant à une révolte culturelle. Ce moment fort rappelle l’importance de préserver un mode de vie et des traditions ancestrales, face à un monde en constante évolution.

Danielle Dhélias et d’autres figures locales ont manifesté leur soutien inconditionnel, soulignant le poids du combat des chasseurs bien au-delà des frontières du Lot-et-Garonne. La solidarité exprimée démontre une volonté farouche de sauvegarder des pratiques héritées de générations en générations.

  • La réécriture des arrêtés est une piste sérieuse envisagée pour contrecarrer les limitations imposées.
  • La rencontre à Paris a marqué un point d’inquiétude mais aussi de mobilisation.
  • Les autorités locales et nationales ont exprimé leur soutien aux chasseurs.
  • Une crainte réelle existe que la chasse à l’alouette soit le début d’une série d’interdictions.
  • La directive oiseaux de 1979 est au centre du débat entre chasseurs et protecteurs des animaux.

FAQ:

  • Quelles sont les conséquences d’une possible interdiction de la chasse traditionnelle à l’alouette ?
    Une interdiction pourrait marquer la fin d’une pratique culturelle et traditionnelle dans le Lot-et-Garonne, menaçant potentiellement d’autres formes de chasse.
  • Quel est le principal argument des opposants à la chasse traditionnelle?
    Les opposants se basent sur la directive oiseaux de 1979, qui favorise l’usage du fusil comme seul moyen de chasse autorisé, sauf alternative.
  • Quels sont les soutiens des chasseurs dans ce combat?
    Les chasseurs bénéficient du soutien des autorités locales, de députés, de sénateurs et d’une partie de la communauté locale.
  • Quelle est la prochaine étape pour les chasseurs ?
    Leur prochaine étape est de demander la réécriture des arrêtés au niveau européen pour protéger la chasse traditionnelle à l’alouette.
  • Quelle différence entre la chasse au fusil et la chasse traditionnelle selon les chasseurs ?
    Contrairement à la chasse au fusil sans limite de mortalité, la chasse traditionnelle possède une limite fixée à 1 % de la mortalité naturelle, selon eux.

Congo Politis est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :