Prolongation du délai de carence pour arrêts maladie : le gouvernement envisage une mesure controversée qui inquiète les sénateurs

Face à la pression grandissante du déficit public, qui pourrait atteindre les 6 % du PIB d'ici à 2025, le gouvernement français explore diverses avenues pour réduire les dépenses.

Les retombées économiques d’un allongement du délai de carence #

Parmi les mesures envisagées, l’augmentation du délai de carence pour les arrêts maladie dans le secteur privé s’impose comme une option. Actuellement fixé à trois jours, ce délai pourrait être étendu, hypothèse qui suscite une levée de boucliers parmi les sénateurs et les acteurs économiques.

Cette réforme, qui envisage de repousser le versement des indemnités journalières, vise à réaliser des économies substantielles. Selon les estimations, étendre le délai de carence permettrait d’économiser jusqu’à un milliard d’euros. Cependant, cette économie projetée repose largement sur les épaules des entreprises, en particulier des TPE et PME, déjà accablées par les charges financières.

Les implications pour les entreprises et les salariés #

L’allongement du délai de carence engendrerait inévitablement une hausse des cotisations à la prévoyance pour les entreprises, alourdissant ainsi leur fardeau financier. Éric Chevée, vice-président de la CPME, met en garde contre les implications d’une telle mesure, soulignant que les factures pourraient devenir prohibitives pour de nombreuses entreprises, augmentant ainsi le coût de la santé au travail.

À lire La chasse incessante au mystère Dupont de Ligonnès: quand l’espoir rencontre la déception

Une autre proposition à l’étude est l’instauration d’un jour de carence non compensé par l’employeur. Cette mesure, déjà en place pour les fonctionnaires qui ne bénéficient pas d’indemnisation pour le premier jour d’arrêt, aurait pour objectif d’économiser tout en pénalisant directement le salarié. La sénatrice Corinne Imbert critique vivement cette approche, la qualifiant de « fausse bonne idée » qui risquerait de déstabiliser davantage les petites et moyennes entreprises.

Une mesure parmi d’autres pour rééquilibrer les finances publiques #

La France, en quête de solutions pour alléger son déficit, ne laisse aucun domaine à l’écart. Avec 13 milliards d’euros de déficit dans le secteur de la santé, le gouvernement semble être prêt à envisager toute option susceptible de réduire les dépenses. Le sénateur Olivier Henno souligne l’importance d’un effort collectif, nécessitant la contribution de toutes les parties, y compris des entreprises et des salariés les plus aisés.

Le gouvernement précédent avait déjà envisagé d’introduire un quatrième jour de carence pour les salariés du secteur privé, mais avait dû renoncer sous la pression politique. Cette nouvelle tentative s’inscrit dans un contexte de tensions économiques accrues, où chaque mesure est scrutée pour son potentiel d’économie mais aussi pour ses répercussions sociales. Les propos d’Aurélien Rousseau, ancien ministre de la Santé, reflètent cette ambivalence, appelant à une réflexion approfondie sur le sujet.

  • Augmentation du déficit public à 5,5 % du PIB.
  • Exploration d’une augmentation du délai de carence pour économiser jusqu’à un milliard d’euros.
  • Impact potentiellement lourd pour les TPE et PME.
  • Appel à un effort partagé pour le redressement financier du secteur de la santé.

FAQ:

  • Qu’est-ce que le délai de carence ?
    Le délai de carence est la période durant laquelle un salarié arrêté pour maladie ne reçoit pas d’indemnités journalières de la Sécurité sociale.
  • Quelle est la durée actuelle du délai de carence ?
    Actuellement, les indemnités journalières ne sont versées qu’à partir du quatrième jour d’arrêt dans le secteur privé.
  • Quel impact aurait l’allongement du délai de carence ?
    L’allongement du délai de carence vise à réaliser des économies mais pourrait accroître les charges financières pour les entreprises et les salariés.
  • Comment les entreprises réagissent-elles à cette proposition ?
    Les entreprises, en particulier les TPE et PME, expriment leur inquiétude face à l’augmentation potentielle des cotisations à la prévoyance.
  • Le gouvernement a-t-il déjà tenté de modifier le délai de carence dans le passé ?
    Oui, en 2011, le gouvernement Fillon avait envisagé d’introduire un quatrième jour de carence mais avait reculé face à l’opposition politique.

Congo Politis est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :