Le propriétaire de Go First n’a pas l’intention de quitter la compagnie aérienne: PDG

BENGALURU, 3 mai (Reuters) – Le propriétaire de Go Airlines (India) Ltd, Wadia Group, est pleinement engagé envers la compagnie aérienne et n’a pas l’intention d’en sortir, a déclaré mercredi le directeur général de la compagnie aérienne à Reuters dans une interview.

Ses commentaires sont intervenus un jour après qu’Indian Airlines, à court d’argent, a déposé son bilan après que des moteurs “défectueux” Pratt & Whitney (B&W) aient immobilisé la moitié de ses avions.

Le PDG Kaushik Kona a déclaré que la procédure de mise en faillite visait à relancer la compagnie aérienne et non à la vendre, en veillant à ce que Pratt & Whitney effectue tous les paiements requis.

La compagnie aérienne a également tenté d’empêcher les locataires d’agir.

“Le gouvernement indien tient beaucoup à ce que nous n’échouions pas”, a déclaré Kona à Reuters.

La compagnie “continue d’évaluer les options” et certaines parties ont exprimé leur intérêt pour la compagnie aérienne. Il n’a pas partagé plus de détails.

Les créanciers de Go First se réuniront probablement mercredi pour discuter de la marche à suivre après le dépôt de bilan mardi, ont déclaré à Reuters deux banquiers familiers avec le développement.

La compagnie aérienne doit à ses créanciers financiers 65,21 milliards de roupies indiennes (797 millions de dollars), selon son dossier de mise en faillite. Au 30 avril, GoFirst n’avait remboursé aucun de ces prêts, a-t-il déclaré dans un dossier consulté par Reuters.

Une aubaine pour les candidats

La faillite de Go First pourrait faire grimper les tarifs aériens en Inde et donner à d’autres compagnies aériennes nationales une chance de s’emparer d’une plus grande part de marché, ont déclaré des analystes.

See also  Attaque militaire chinoise capturée dans des images satellites inédites d'une base isolée dans le désert

Les cours des actions de la plus grande compagnie aérienne indienne IndiGo (INGL.NS) ont augmenté de 5,1% mercredi, après avoir augmenté de 8,2% plus tôt.

“Si la suspension persiste, d’autres compagnies aériennes ajoutant de la capacité essaieront d’utiliser les sièges libérés par Go First pour gagner des parts de marché”, a déclaré l’analyste de Jefferies, Prateek Kumar, dans une note client.

“IndiGo est confronté à un problème similaire avec les moteurs P&W pour certaines de ses flottes, mais a réussi à mieux gérer la crise en raison de la taille énorme de sa flotte et de meilleures négociations avec le fournisseur”, a ajouté Kumar.

Les bailleurs pourraient être intéressés par l’attribution de certains avions Go First à IndiGo, étant donné un type de flotte similaire, ont écrit les analystes du Credit Suisse dans une note, ajoutant qu’une telle croissance profiterait à IndiGo en termes de part de marché et de rendements élevés dans un environnement à capacité limitée. .

Les prêteurs, dont la Central Bank of India (CBI.NS), Bank of Baroda (POB.NS), IDBI Bank (IDBI.NS) et Axis Bank (AXPK.NS) ont chuté mercredi. Go First doit à ses créanciers 65,21 milliards de roupies (798 millions de dollars), selon son dossier de mise en faillite.

Le groupe Wadia exploite également le fabricant de pain et de biscuits Britannia Industries (BRIT.NS) et le géant du textile Bombay Dyeing and Manufacturing Co (BDYN.NS). Le cours des actions de Bombay Burma Trading (BBRM.NS), propriété de Wadia, qui a accordé des prêts à Go First sous forme de dépôt intersociétés, a chuté de 5 %.

See also  Fonctionnaires : Le navire qui s'est échoué lors du renflouement du canal de Suez en Égypte

(1 $ = 81,8450 INR)

Chris Thomas rapporte à Bangalore; Montage par Tanya Ann Thobill

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *