Réductions et révolutions dans les aides MaPrimeRénov’ dès mi-mai

Depuis le début de l'année 2020, le gouvernement offre une aide destinée à encourager les travaux de rénovation énergétique pour les propriétaires exploitant ou louant leur bien.

Les changements imminents de MaPrimeRénov’ : une étape critique #

Appelée MaPrimeRénov’, cette subvention a subi une transformation notable. À partir du 1ᵉʳ avril, certains propriétaires ont dû digérer une nouvelle peu réjouissante : la réduction significative des aides reliées à l’installation de systèmes de chauffage plus écologiques.

Initialement, cette initiative encourageait l’acquisition de solutions de chauffage durable, comme les poêles à bois ou les chaudières écologiques, grâce à un soutien financier conséquent. Malheureusement, la coupe est sévère, allant jusqu’à 30% de baisse. La consequence ? Un soutien réduit à 1 800 euros pour les foyers les plus vulnérables désireux d’installer un poêle à bois, par exemple.

Nouveautés à l’horizon : simplification et possibilités élargies #

Malgré cette décision difficile, une lueur d’espoir se profile dès le 15 mai : la simplification de certaines modalités d’accès aux aides. Cette modification, valable jusqu’à la fin de l’année 2024, soulève le fardeau du diagnostic de performance énergétique (DPE) pour certains projets, offrant ainsi une flexibilité bienvenue aux candidats à la rénovation.

À lire La chasse incessante au mystère Dupont de Ligonnès: quand l’espoir rencontre la déception

Cette flexibilité s’étend également au type de travaux soutenus, avec la possibilité de se concentrer sur des gestes isolés d’isolation thermique. C’est une aubaine, surtout lorsque l’on sait que, jusqu’à présent, le remplacement du système de chauffage était une condition sine qua non. De plus, la simplification administrative, comme l’acceptation d’un compromis de vente en lieu et place de justificatifs de propriété au moment de la demande, promet d’accélérer et faciliter les démarches.

Le double tranchant des nouvelles conditions #

Pourtant, ce tableau encourageant cache une contrainte non négligeable : certains travaux, comme l’amélioration de la ventilation, imposeront désormais la réalisation concomitante de travaux d’isolation thermique externe. Une obligation qui pourrait refroidir certains projets, donné le coût additionnel que cela représente.

Il est également important de noter que pour bénéficier d’un repositionnement favorable au sein du dispositif MaPrimeRénov’, l’accompagnement par un professionnel agréé reste un passage obligé. Ce critère met en évidence l’importance de la qualité et de la certification des travaux dans l’éligibilité aux aides.

En guise de synthèse, voici les principaux changements :

  • Réduction des aides pour les systèmes de chauffage écologique à compter du 1ᵉʳ avril.
  • Simplification des démarches et possibilités accrues de travaux subventionnés dès le 15 mai.
  • Obligation de réaliser des travaux d’isolation thermique pour certaines rénovations.
  • Nécessité d’un accompagnement professionnel agréé pour un repositionnement au sein du dispositif.

FAQ:

  • Quelles sont les aides touchées par la baisse depuis le 1ᵉʳ avril ?
    La baisse concerne les aides allouées pour l’installation de systèmes de chauffage écologique, comme les poêles à bois.
  • Quels changements surviennent à partir du 15 mai ?
    Les mesures de simplification entrent en jeu, supprimant notamment l’obligation de fournir un DPE pour certaines aides.
  • Peut-on désormais réaliser des travaux d’isolation sans changer son système de chauffage ?
    Oui, c’est possible grâce à la nouvelle mesure, pourvu qu’on s’en tienne au geste unique d’isolation thermique.
  • Quel type de documentation est admis pour la demande d’aide ?
    Un compromis de vente est désormais suffisant au moment de la demande, bien que la preuve de propriété soit toujours requise pour le versement de l’aide.
  • L’aide MaPrimeRénov’ nécessite-t-elle toujours la réalisation de travaux par un professionnel agréé ?
    Oui, pour être éligible à un reclassement favorable au sein du dispositif MaPrimeRénov’, l’intervention d’un professionnel agréé demeure indispensable.

Congo Politis est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :